Qui sommes nous ?

Créée début 1989 par 4 zigotos zikos issus de la scène rock alternative parisienne la rock’n’chorâle est portée sur les fonds baptismaux lorsque le label Yaba-Eurobond nous propose d’intégrer la compil’ Sang neuf en 89 qu’il produit pour célébrer le Bicentenaire de la Révolution française.

Ainsi les déjà 40 chanteurs se retrouvent, après quelques répétitions aux Buttes-Chaumont à l’été ‘88 sous le nom La Rälko, au Studio Davout début ‘89 pour y enregistrer “la Carmagnole”, dans un arrangement-maison de Matu, chef de choeur & arrangeur originel, L’Echo Râleur était né, aux côtés de La Mano Negra, des Négresses vertes, des Wampas et autres Satellites ! La crème de la scène rock-alterno de l’époque! Et pour cause, hormis les keupons, rockeurs ou jeunes zurluberlus déjà dégingandés portés sur la musique forte & rythmée et plutôt sur Marie-Jeanne que sur Jean-Marie, sur Marie-Brizard que sur Marthe Richard qui forment le gros de la troupe, on y croise aussi bien Helno, Matt’, Paulo & Julie des Négresses, que Manu, Jako ou parfois Daniel de la Mano, ainsi que par la sweet pléthore d’autres artistes qui ont irrigué la Quête du Saint Râle et contribué, comme le regretté Bruno Droux à qui L’Echo doit tant d’arrangements AOC, à en faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui...

D’autres EP & compiles suivront, Le destin à Tintin, 1046 jours (compil’ de L’Hôpital FMR), etc... ainsi que moult passage tévé (NPA, JT 20h la 5, Une pêche d’enfer...) ou sur les ondes radiophoniques. Concerts et tournées succèdent aux spectacles crées par les Râleurs en résidences au Théâtre du Tourtour, au Théâtre Rive Gauche ou au Trévise (Râle around the clock, Delbor delbor...) et à partir de 1994 l’association Loi 1901 du même nom créée à cette époque à l’initiative de Taupyeah, un des 4 fondateurs et un des chefs de choeur actuels, organise chaque année la Fête de la musique à l’occasion de bacchanâles musicâles et néanmoins humoristiques où se côtoient la fine fleur des Râleurs ( Stone & Charonne, The Run, Les Incomptétents, etc...) et de nombreux artistes en devenir ou déjà bien installés (Candy du Djamel comedy club, Bob Dybal, Les Chihuahuas, Fantasio, Anaïki, Léo du Pacifique, La fanforâle du Douzbékistan) le tout présenté dans le cadre magique et néanmoins à chaque fois blindé des Arènes de Montmartre.

Tout au long de ses plus de 30 ans de Râle, la rock’nchorâle n’a eu de cesse d’intégrer à son délire musicâle & néanmoins vocâle l’engagement citoyen et humaniste que ses félibresses & ses chantres se targuent de représenter lors de concerts de soutien au DAl, à La Fondation Abbé Pierre et chaque année à l’occasion de la Journée Nationâle de la Résistance ou pour toute commémoration officielle ou pas, avec un répertoire idoine toujours arrangé sauce Râleur comme Le chant des Partisans, El paso del Ebro, Bella ciao, La chanson de Craonne ou Fleur de Paris. Une dimension progressiste et néanmoins mémorielle inscrite dans les gênes des Râleurs dès lors qu’ils entament ces chants sacrés devant un parterre d’anciens Résistants ou de familles de déportés. Ainsi depuis 1994 et sa première participation à un tel événement avec le 50° anniversaire de la Libération de Paris Place du 18 juin 1940 où les Râleurs endossèrent les caractères d’un aéropage significatif de la période de l’Occupation en proposant aux 6000 personnes accompagnant Mitterrand & Chirac ce jour-là une sélection de chansons de l’époque arrangées pour l’occasion par Breizhor aka Tristan Abgrall, chef de choeur avec sa soeur Manue à l’époque, L’Echo Râleur n’a eu de cesse de maintenir cet équilibre entre le donné et le rendu, entre le fun et le solennel, entre le Râleur et sa famille. Râleur un jour, Râleur toujours !!

Mais place à la zik, aux chorés déjantées, aux costumes chamarrés, en couple, en solo ou en famille car si les Râleurs faut les voir, et si L’Echo on l’entend !!

Haut de page